VAFC

     VAFC / Sochaux
  3 / 0



La ligue1 en direct

Brèves



21/10/11
Nam
namNam, dont la prolongation était déjà dans les tuyaux, a signé pour un an de plus. Il est lié avec le club jusqu'en 2013.

21/10/11
Saez
saezSaez, qui arrivait en fin de contrat au terme de la saison, a prolongé de deux ans, soit jusqu'en 2014.

09/09/11
Nicolas Isimat-Mirin
isimatCe jeudi, Nicolas Isimat-Mirin, l'international français Espoirs, a prolongé son contrat et se retrouve désormais lié au VAFC jusqu'au 30 juin 2014.


22/08/11
Arnaud Brocard
brochardLe gardien de but Arnaud Brocard (24 ans, 1,86 m) est attendu ce lundi à Valenciennes où il devrait s'engager pour une saison après avoir passé avec succès la visite médicale.

21/08/11
Gil
gilValenciennes s'est mis d'accord avec Cruzeiro dans la nuit de vendredi à hier pour le transfert de Carlos Gilberto Nascimento Silva, dit « Gil », 24 ans, solide défenseur central de 1,88 m .VA a dû mettre le prix, 3 millions d'euros pour un contrat de quatre ans.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

25/07/11
Milan Bisevac
milan bisevacMilan Bisevac a paraphé lundi un contrat de trois ans en faveur du Paris Saint-Germain.

22/07/11
Rudy Mater
materEn discussion depuis plusieurs semaines, Rudy Mater, 30 ans, a ce vendredi matin officiellement prolongé son contrat avec VA de deux saisons (jusqu'en 2014).

01/07/11
F. Massampu
massampuFrancis Massampu a signé un premier contrat professionnel de 3 ans avec le VAFC. La saison dernière, le jeune attaquant (19 ans) a inscrit 10 buts avec la réserve valenciennoise en CFA 2 et fait trois apparitions en équipe première.

20/06/11
Nicolas Pallois
pallois nicolasNicolas Pallois, 23 ans, portera cette saison les couleurs de Laval en Ligue 2, où il est prêté pour un an sans option d'achat.

18/06/11
le Stade du Hainaut
hainautLe nouveau stade de Valenciennes, un magnifique chaudron de vingt-cinq mille places dans lequel évoluera désormais le VAFC, portera le nom de Stade du Hainaut.

17/06/11
Carlos Sanchez
sanchez carlos-copie-1Carlos Sanchez ne reprendra pas l’entraînement avec ses coéquipiers, fin juin. Le joueur du VAFC figure en effet dans la liste dévoilée par le sélectionneur de la Colombie pour la Copa America. Celle-ci se disputera du 1er au 24 juillet 2011 en Argentine.

15/06/11
Kenny Lala
lalaKenny Lala a signé cet après-midi son premier contrat professionnel d'une durée de quatre ans avec le VAFC. Défenseur, âgé de 19 ans, Kenny Lala évoluait la saison dernière au Paris FC (National).

14/06/11
Grégory Pujol
pujolGrégory Pujol va prolonger jusqu’en 2014 avec Valenciennes. Annocé à Saint-Etienne, il devrait finalement rester dans le Nord.


08/06/11
Daniel Sanchez
sanchez danielC'est fait ! Daniel Sanchez, 57 ans, devient le nouvel entraîneur du VAFC. Valenciennes et Tours ont trouvé un accord ce mercredi matin pour le rachat de la dernière année de contrat du technicien.


06/06/11
Lille - Valenciennes
http://ckorpal.free.fr/tableau/va-lille.jpgLes dirigeants lillois et valenciennois ont convenu d'un match amical le samedi 16 juillet à Cambrai, au stade de la Liberté.


04/06/11
Philippe Montanier
montanier-philippeVA et Philippe Montanier, c'est fini. Après une semaine de négociations et de tergiversations, la Real Sociedad a accepté la nuit dernière de payer 500 000 euros, la somme réclamée par Valenciennes


2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 14:21
LE VALENCIENNOIS DE L’ANNÉE
Notre rédaction a élu Steve Savidan, l’attaquant passé de la L2 à la L1 sans complexe.

À 25 ans, Steve Savidan était un anonyme en transit à Beauvais, pas prêt pour une carrière vécue en pointillés. À 28 ans, il s’est fait un nom et même un surnom. En 2006, l’ardent du bonheur valenciennois finit meilleur buteur de L2 et dynamite la L1.

Quoi qu’il advienne, l’histoire de Steve Savidan et celle de Valenciennes sont liées. Ces deux-là étaient faits pour s’entendre. Un même goût pour la revanche, le même caractère impétueux. Il y avait du câlin dans l’air... Quand il posa ses valises à Nungesser, VA gagna. Deux titres de champion, deux fois meilleur buteur. Et une troisième saison où il vire encore en compagnie des cracks (7 buts à mi-championnat). Qui sait où tout cela mène ?

En deux championnats et demi sous le maillot rouge et blanc, Savidan a donc inscrit 42 buts soit la moitié de son total en dix ans de carrière (84). Au rattrapage du temps perdu. « On ne peut s’épanouir que dans un club où l’on se sent bien », tranche-t-il, tranquille. Dans ce bar couleur Havane du centre ville, « Mister Steve » a réponse à tout. Sur son avenir par exemple, qui aiguise tant la curiosité et la convoitise. «  Aujourd’hui, si je reste à Valenciennes (1), je change quand même. Le club va encore progresser. Il va y avoir un nouveau stade, un centre d’entraînement. Le pallier supplémentaire, je peux le franchir ici. » Il a gagné le droit d’attendre la suite sereinement.

Maturité et mentors

Savidan l’iconoclaste. Sur le joueur qui se révèle sur le tard, il tambourine au présent. « Regretter ? Mais non, je ne regrette rien car au final l’histoire est belle. Je ne renie pas ce que j’étais et je ne rejette la faute sur personne. Avant ce n’était pas forcément la faute des entraîneurs. Moi non plus, je n’étais pas prêt. Ce qui m’a permis de grandir, ça a été de me retrouver dans la m… Qui sait, si ça avait été différent, peut-être que je n’en serais pas là maintenant… » La maturité et deux mentors sont passés par là.

Daniel Leclercq, qui l’a fait venir et réussir dans le Nord. Antoine Kombouaré, qui l’a tracté vers les sommets. « Kombouaré me comprend et il est moins indulgent envers moi. C’est normal quand on accepte un rôle de leader, il faut le remplir le mieux possible. Entre coach et joueur, les rapports et la confiance sont primordiaux. » Longtemps on a dit que le monde de la nuit était sa tasse de thé. « Oui et alors ? », retoque-t-il jaloux de sa liberté. «  Je n’ai pas attendu d’être footballeur pour sortir, avoir des bons et des mauvais côtés. Quand on est jeune, qu’on n’a jamais rien eu et qu’on gagne un peu d’argent, n’est-il pas humain d’en profiter ? »
Il déballe ses états de service, souligne qu’il n’est pas souvent blessé… Juste donc imparable. Et puis, le Savidan 2006 a consenti les efforts pour donner sa pleine mesure. « Si tu mets toutes les chances de ton côté, tu peux atteindre des choses inespérées. » Il en tire une confiance inouïe, donne l’image d’un joueur frais, dit ne pas connaître ses limites, le credo préféré de coach Kombouaré.

« Au maximum tout le temps »

L’attaquant a trouvé l’équilibre. Il pense à l’après foot. « J’admire les autodidactes, apprendre en faisant. J’ai investi dans un restaurant (2), je découvre le fonctionnement d’une entreprise. » Il regarde ailleurs. « Le foot m’a permis de sortir de ma condition mais il m’a surtout permis de connaître des gens. Dans chaque ville où je suis passé, j’ai des connaissances extra-sportives.» Alors, il est là, il est bien. Il s’amuse de voir les médias s’exciter. « Sans prétention, j’ai progressé, mais un peu par obligation.

Avant, j’avais peut-être autant de qualités mais je n’en avais pas forcément besoin. En L1, il faut être au maximum tout le temps. Il faut aussi reconnaître qu’il y a plus de caméras maintenant : on me voit plus. » Sa monstrueuse frappe de balle aussi. « Je l’ai toujours eue. Certains sont faits pour courir, sauter. Moi, j’ai ça au départ. » Flegmatique, jusqu’au bout. En 2007 ? « Je souhaite qu’on me voie moins à la télé et que VA se maintienne. Mes équipiers me chambrent. Ils ont raison. Je ne suis rien sans eux. Finir le boulot : il sert à ça le buteur.»

1. – Il est sous contrat jusqu’en juin 2010.
2. – À Valenciennes, ouverture en ce début d’année.


PAR RICHARD GOTTE
"la voix des sports"

« VA, Le bon moment pour tout le monde »

De son admiration pour Jean-Pierre Papin à la belle aventure valenciennoise, Steve Savidan se livre…

Son attaquant préféré en Ligue 1.
« Ça a toujours été le même : Mickaël Pagis (1). C’est lui qui m’impressionne le plus. Et il y en a un nouveau cette saison, c’est Elmander. Je ne peux pas préférer un joueur dont je ne peux pas m’approcher. Au niveau des performances, en France en ce moment on doit forcément dire que le meilleur c’est Piquionne, la saison dernière, Odemwingie. Mais moi je pense que sur le long terme, Pagis et Elmander ont aussi raison. Dans leur façon de jouer, dans leur mentalité, c’est eux que je veux copier. »

Le meilleur sur le plan international.
« Le meilleur, pour moi, c’est Ronaldo. Ça peut sembler bizarre, car pour lui ça se passe sur une courte période. Mais c’est le plus complet. Attention, Henry, Eto’o, Shevchenko sont très forts. Simplement Ronaldo, il a autre chose… »

L’attaquant idéal.
« Un mélange de Papin et Cantona. Ça ne changera jamais. Je comprends pourquoi ils ont réussi. Ils avaient exactement le tempérament offensif qu’il fallait. » Son meilleur souvenir. – « Quand je suis passé professionnel à Châteauroux avec Joël Bats. C’était extraordinaire.

Aujourd’hui, il est content pour moi. Je lui montre qu’il ne s’était pas trompé. »

Son pire souvenir.
« Quand je suis parti de Châteauroux. J’avais dans l’esprit de toujours rester là-bas. À Angers, j’ai croisé Didier Monczuk, qui a connu dix-sept clubs. J’avais dit que je ne ferai jamais pareil. J’en suis déjà à la moitié. Il y a des paramètres qu’on ne maîtrise pas. »

Son but préféré cette saison.
« J’adore ceux contre Nantes (interception du dégagement d’Heurtebis) et à Lyon (ballon volé dans les pieds de Cris et crochet sur Squillacci). Ce que j’aime, c’est récupérer et aller au but. Il faut provoquer et là, indirectement, tu provoques ta chance. »

Sa plus belle aventure.
« Valenciennes, bien sûr, l’histoire qu’on écrit. Valenciennes c’est l’équipe, le public, le club, le moment. Oui, c’est ça, c’était le bon moment pour tout le monde. »

R. G.

1. – L’attaquant de l’OM est en tête du classement des buteurs, à égalité avec le Lillois Bodmer, le Lensois Dindane et le Manceau Bangoura (8 buts).
Pagis, Angevin de naissance comme Savidan, révélé en National comme Savidan (17 buts avec Ajaccio, 1998-1999), a notamment marqué contre VA au Vélodrome (1-0) le 19 novembre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sondage

Pour sa 5ème saison en ligue1, a quelle place finira le VAFC ?
Entre la première et cinquième place
Entre la sixième et dixième place
Entre la onzième et dix-septième place
Dans les trois derniers

Résultats