VAFC

     VAFC / Sochaux
  3 / 0



La ligue1 en direct

Brèves



21/10/11
Nam
namNam, dont la prolongation était déjà dans les tuyaux, a signé pour un an de plus. Il est lié avec le club jusqu'en 2013.

21/10/11
Saez
saezSaez, qui arrivait en fin de contrat au terme de la saison, a prolongé de deux ans, soit jusqu'en 2014.

09/09/11
Nicolas Isimat-Mirin
isimatCe jeudi, Nicolas Isimat-Mirin, l'international français Espoirs, a prolongé son contrat et se retrouve désormais lié au VAFC jusqu'au 30 juin 2014.


22/08/11
Arnaud Brocard
brochardLe gardien de but Arnaud Brocard (24 ans, 1,86 m) est attendu ce lundi à Valenciennes où il devrait s'engager pour une saison après avoir passé avec succès la visite médicale.

21/08/11
Gil
gilValenciennes s'est mis d'accord avec Cruzeiro dans la nuit de vendredi à hier pour le transfert de Carlos Gilberto Nascimento Silva, dit « Gil », 24 ans, solide défenseur central de 1,88 m .VA a dû mettre le prix, 3 millions d'euros pour un contrat de quatre ans.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

25/07/11
Milan Bisevac
milan bisevacMilan Bisevac a paraphé lundi un contrat de trois ans en faveur du Paris Saint-Germain.

22/07/11
Rudy Mater
materEn discussion depuis plusieurs semaines, Rudy Mater, 30 ans, a ce vendredi matin officiellement prolongé son contrat avec VA de deux saisons (jusqu'en 2014).

01/07/11
F. Massampu
massampuFrancis Massampu a signé un premier contrat professionnel de 3 ans avec le VAFC. La saison dernière, le jeune attaquant (19 ans) a inscrit 10 buts avec la réserve valenciennoise en CFA 2 et fait trois apparitions en équipe première.

20/06/11
Nicolas Pallois
pallois nicolasNicolas Pallois, 23 ans, portera cette saison les couleurs de Laval en Ligue 2, où il est prêté pour un an sans option d'achat.

18/06/11
le Stade du Hainaut
hainautLe nouveau stade de Valenciennes, un magnifique chaudron de vingt-cinq mille places dans lequel évoluera désormais le VAFC, portera le nom de Stade du Hainaut.

17/06/11
Carlos Sanchez
sanchez carlos-copie-1Carlos Sanchez ne reprendra pas l’entraînement avec ses coéquipiers, fin juin. Le joueur du VAFC figure en effet dans la liste dévoilée par le sélectionneur de la Colombie pour la Copa America. Celle-ci se disputera du 1er au 24 juillet 2011 en Argentine.

15/06/11
Kenny Lala
lalaKenny Lala a signé cet après-midi son premier contrat professionnel d'une durée de quatre ans avec le VAFC. Défenseur, âgé de 19 ans, Kenny Lala évoluait la saison dernière au Paris FC (National).

14/06/11
Grégory Pujol
pujolGrégory Pujol va prolonger jusqu’en 2014 avec Valenciennes. Annocé à Saint-Etienne, il devrait finalement rester dans le Nord.


08/06/11
Daniel Sanchez
sanchez danielC'est fait ! Daniel Sanchez, 57 ans, devient le nouvel entraîneur du VAFC. Valenciennes et Tours ont trouvé un accord ce mercredi matin pour le rachat de la dernière année de contrat du technicien.


06/06/11
Lille - Valenciennes
http://ckorpal.free.fr/tableau/va-lille.jpgLes dirigeants lillois et valenciennois ont convenu d'un match amical le samedi 16 juillet à Cambrai, au stade de la Liberté.


04/06/11
Philippe Montanier
montanier-philippeVA et Philippe Montanier, c'est fini. Après une semaine de négociations et de tergiversations, la Real Sociedad a accepté la nuit dernière de payer 500 000 euros, la somme réclamée par Valenciennes


2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 16:13

Repost 0
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 06:55
À l’heure des bilans, Antoine Kombouaré insiste sur la performance de son groupe, qui a su maintenir le club parmi l’élite avec une base de débutants en L1. Après ce pari gagné dans la continuité, l’entraîneur sent l’obligation de passer à autre chose. Pour franchir un nouveau cap.

– Qu’est ce qui vous a beaucoup plu cette saison ?
« Les joueurs ont répondu présent par rapport à l’objectif du maintien. C’était un championnat difficile, marathon. On ne se rend pas bien compte à quel point on a réalisé un exploit. Nous ne sommes qu’une seule fois dans la charrette, après Bordeaux. Derrière, nous avons tout de suite réagi. L’autre aspect qui m’a plu, c’est le comportement du public. Nungesser est un formidable atout. Le stade a toujours été plein pendant la phase retour alors que les résultats n’étaient pas là (trois défaites, six nuls, une victoire). On a quand même livré des gros matchs contre Lyon, Marseille, Toulouse, les trois premiers… »

– Ce qui vous a déçu ?

« La phase aller à l’extérieur. On prend un point en dix matchs. On rivalise dans le jeu, mais on apprend le haut niveau… Il nous fallait beaucoup d’occasions pour marquer contrairement à l’adversaire. Les 3-0 à Saint-Étienne et Monaco, je me demande encore comment ils sont arrivés ceux-là ! La seconde partie à domicile est aussi décevante. Les joueurs étaient plus surveillés, les équipes venaient pour défendre. On a eu du mal à élever notre niveau de jeu. On a montré des limites. »

– C’est ce qui vous incite à recruter pour la saison prochaine ?
« Oui. Mon seul but, c’est améliorer l’équipe. Ça n’est pas facile, car pour y parvenir il faut se séparer de certains qui ont marqué l’histoire du club comme Flachez, Dufresne, Silvestri. Un cycle se termine. J’aurais pu le faire dès la saison dernière. J’ai préféré tenter ce pari avec la base du National et j’ai bien fait. Maintenant, on doit passer à autre chose. On ne peut pas construire en L1 avec seulement une bande de copains. Quand on perd, ça ne tient pas longtemps… Là, il faut apporter une plus-value, de la qualité tactique et technique. »

– C’est le sens des premières signatures ?
« Ouaddou, Pujol et Ducourtioux sont des joueurs de qualité qui arrivent à maturité. Je veux franchir un nouveau palier, amener de l’ambition, de la fraîcheur dans le vestiaire et de l’émulation. J’espère installer une plus grande concurrence aussi. »

– Comment vous gérez les départs des joueurs sous contrat ?
« Personne ne doit être perdant. J’ai averti les joueurs en face, en premier. Ils ont le temps de se retourner. Je leur souhaite beaucoup de réussite. C’est la vie d’un club. Personne n’est indispensable. J’ai passé dix ans au PSG, je n’en attends rien. Dans un club, il n’y a que les murs qui ne bougent pas. »

– Savidan, Mater et Chelle, les plus demandés, eux, ils restent ?
« Mon meilleur recrutement, c’est de garder les meilleurs. J’ai le sentiment d’être dans mon droit. Je ne veux pas que ce club soit déshabillé et je ne veux pas faire de cadeau aux autres. Nous, on ne nous en a jamais fait. »

– Votre nom a été cité du côté de Monaco, Sochaux…
« Je suis à Valenciennes et très heureux d’y être. J’ai envie de repartir très très fort, de faire mieux. »


 
RICHARD GOTTE
"la voix des sports"

Repost 0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 22:23



Bratu (80è) pour VAFC
Niculae (18è); Kahlenberg(21è);Lejeune(90è+3) pour Auxerre
 
Rippert (75e), Flachez (90e),Roudet (90è+3) pour VAFC
Sagna (31è);Thomas (38e); Cheyou(75è) pour Auxerre

15 861 Spectateurs

Valenciennes un peu court mais courageux jusqu’au bout

Surpris tôt dans le match, VA n’a pas su refaire son retard face à une équipe auxerroise très solide (1-3). Nungesser retiendra tout de même un final haletant, où les hommes de Kombouaré faillirent revenir dans les arrêts de jeu. Et une sortie de route de l’arbitre qui ne s’imposait pas. Tout de même, pas de quoi gâcher la fête...

Le foot lui manquait trop. Après une visite cette semaine à Nungesser, Jean-Louis Borloo était hier aux premières loges pour saluer le maintien de son équipe préférée. Il eut d’ailleurs droit à un accueil de star, sur les marches du palais, au moment de l’entrée des joueurs. Et à un numéro final, au centre de la piste.
Mais le fluide ministériel ne peut pas tout. Plein de bonnes intentions, VA, affaibli et obligé de s’aligner en configuration L2 de la saison dernière (hormis Roudet, Haddad et Penneteau), s’en rendit vite compte. Il tenta le premier de belles choses par Haddad (2e) et surtout Liron d’une frappe magnifique que Sorin dut boxer en catastrophe (11e). Mais c’est Auxerre qui déroula en réponse talent et réalisme pour marquer sur sa première occasion d’une belle tête de Niculae (0-1, 18e).
Les Bourguignons, plus physiques et mis en confiance, imposaient leur science et leur agressivité au milieu, quand VA perdait le ballon trop vite. La sanction tomba. Une récupération, Kahlenberg qui plonge quand les lignes remontent... (0-2, 21e). Le KO en trois minutes.
Difficile de s’en remettre, avec des jambes lourdes comme une fin de saison. Les hommes de Kombouaré essayèrent tout de même et Haddad croisa un peu trop une frappe du gauche qui méritait le cadre (30e). L’équipe de Fernandez, qui avait bien bossé sur le cas Savidan, sut atteindre la pause sans autre tracas.
En seconde période, Kombouaré fit monter au jeu Hassli et Dossevi pour redonner de la vie au match. Et cela fonctionna. Hassli buta d’abord sur Sorin de près (63e). Dossevi s’enflamma joliment sur une reprise (66e). La pression était montée, puis retombée quand Bratu dégaina sans prévenir de son aile une superbe frappe dans la lucarne (1-2, 80e). Wouaou !!!
Tout était reparti bien sûr et Nungesser réclama sa dose d’adrénaline. Il y crut très fort quand Savidan dévia dans le but une reprise de Bratu (87 e). Hors jeu... Ça poussait de tous les côtés. Tout le monde tenta sa chance, ou presque. Avant que M. Cailleux sorte deux cartons jaunes à Flachez et Roudet pour masquer ses erreurs. Les Bourguignons profitèrent de l’énervement pour se mettre à l’abri par Lejeune (1-3, 90e +4). Dommage. Cela n’empêcha toutefois pas Laurent Dufresne et Maxence Flachez, qui ne seront plus valenciennois la saison prochaine, d’être ovationnés au coup de sifflet final au milieu d’un carnaval brésilien, avec juste ce qu’il faut de plumes pour ne pas prendre froid avant les vacances.

RICHARD GOTTE
"la voix des sports"



Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 19:23

      

Une dernière victoire pour remercier Nungesser ?

Maintenu et bien maintenu, VA ne rêve plus que d’une belle kermesse, ce soir, pour la dernière à Nungesser. L’équipe de Kombouaré a la volonté de s’imposer avec la manière face à Auxerre pour remercier un public présent tout au long de la saison. À la tombée de rideau, il s’agira aussi du bal des au revoir pour certains.

Spontanément, les applaudissements, les clins d’oeil, la chaleur qu’il veut transmettre avant les vacances, Antoine Kombouaré les destine aux tribunes de Nungesser. « S’il nous fallait une seule raison de vouloir gagner ce match, ce serait d’abord pour rendre hommage à ce fabuleux public qui nous a soutenus cette saison du début à la fin. Ça a été difficile, il a toujours été présent. » Dans sa quête de vouloir finir le plus haut possible (à deux points, le PSG est prenable pour la quinzième place), l’entraîneur veut aussi aller chercher une douzième victoire pour rééquilibrer un bilan à domicile un peu délicat en 2007. Le seul succès a été obtenu lors du dernier match contre Saint-Étienne (1-0).

Steve Savidan meilleur buteur ?


« Nous n’avons pas toujours été bons, le public, lui, l’a toujours été », insiste-t-il. Quelques petits sifflets auraient été entendus sur la ligne que ça ne viendrait même pas l’émouvoir. « Des petits sifflets, oui. Mais moi je retiens que le stade a toujours été plein et que le public a toujours été là quand ça allait mal… » Les chiffres lui donnent raison. Pour son retour en L1, VA a fait fort, se classant onzième affluence (14 755 spectateurs de moyenne), juste devant Lille, avec le troisième taux de remplissage du championnat (près de 90 %). VA figure également à la cinquième place du championnat des tribunes de la Ligue, qui mesure l’animation, l’ambiance, la fidélité. Nungesser a vibré cette saison, c’est un fait.
Ce soir, VA doit s’attendre à un nouveau traitement de choc. Kombouaré veut une belle communion, car une saison qui se termine, c’est toujours la fin d’une aventure collective. « Nous avons fait les bilans. Certains vont être amenés à partir, c’est la règle sur le marché des transferts et dans la vie d’un club. Sur ce dernier match, je veux avoir une grosse pensée pour ceux qui vont nous quitter. » Reste donc cet ultime duel avant les vacances contre Auxerre, où l’aventure avait bien commencé en août (1-1) pour VA grâce à un gros match de sa défense et un exploit de Steve Savidan.
Justement, y aura-t-il un plan pour permettre au Nordiste (13 buts) de revenir sur Pedro Pauleta (14) au classement des buteurs ? Kombouaré ne peut pas aller si loin, mais il croise les doigts. « Si Steve peut y arriver, c’est un gros plus. Mais ce scénario, il appartient aux joueurs. 
» Et aux Bourguignons qui ne seront pas forcément d’accord, dans la mesure où l’AJA, en vingt-sept ans de première division, n’a fini que trois fois dans la deuxième partie de tableau. Hum, intéressant. Dans le fond, tout le monde a envie de bien finir.

RICHARD GOTTE
"la voix des sports"
Le groupe Valenciennois:
Grondin, Penneteau - Chelle, Flachez, Liron, Mater, Rippert – Doumeng, Haddad, Kharroubi, Roudet, Saez - Bratu, Dossevi, Hassli, Savidan.
Le groupe auxerrois:
Sorin, Basso - Sagna, Jaurès, Kaboul, Mignot, B.Martin, Radet - F.Thomas, Ben.Cheyrou, Kahlenberg - Akalé, Jelen, Niculae, A.Traoré, Lejeune, Genest



Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 14:11
Un but à Lille qui vaut de l’or, au bout d’un championnat riche et ardent. À 26 ans, Geoffrey Doumeng boucle sa deuxième saison à Valenciennes, sans doute la plus aboutie de sa carrière, avec le sentiment du devoir accompli. Prolongé jusqu’en 2009, le meneur de jeu venu du soleil se plaît dans le Nord.

 
Utilisé devant la défense, dans un registre de récupérateur qui n’était pas le sien au départ, sur un côté ou plus haut dans l’axe, le Narbonnais a ajouté une barrette à ses galons de cadre. Cinquième joueur le plus utilisé (31 matchs), il a accepté la polyvalence et a incarné le prototype du joueur qu’adore Antoine Kombouaré : le bagarreur qui n’a pas peur de jouer au ballon.


– Geoffrey, le maintien a soulagé tout le monde. Pas trop stressant à vivre de l’intérieur ?
« Ça fait partie du métier et j’ai été habitué. Avec Montpellier, on jouait le maintien. On a pris un bon départ mais on s’est crispé à l’extérieur. C’est dommage. On avait les moyens de se mettre à l’abri plus tôt. »

 

– De belles satisfactions ?
« Oui, bien sûr, se maintenir en est une. La première année, c’est toujours difficile. Et nous avons vraiment un bon groupe. Tout le monde a participé. L’ambiance a toujours été excellente. »

 

– À bientôt cent matchs en L1, comment vit-on ce championnat ?
« Tous les matchs ne sont pas faciles… Cette saison, on a surtout pris du plaisir quand on a gagné, quand on a accroché les meilleurs. Moi quand je perds, j’ai toujours très mal derrière. J’ai du mal à évacuer. »

 

– Comment vous jugez-vous sur l’ensemble de la saison ?
« Je passe vraiment à travers contre Nancy, deux fois. À l’aller et au retour, je n’ai pas servi à grand-chose… Sinon ça va, je pense que l’ensemble est assez cohérent. Même si, bien sûr, on ne doit jamais être satisfait de soi. »

 

– C’est votre logique, on n’a pas encore vu le meilleur Doumeng.
« Je peux encore progresser. En tout cas je le veux. Comme me dit le coach, je dois percuter plus, être toujours plus décisif. »

 

– Vous avez prolongé votre contrat cette saison. Visiblement il est satisfait… « C’est vrai, c’est une belle preuve de confiance de sa part et de celle du club. Je vais faire le maximum pour faire encore plus que ce qu’on me demande. »

 

– Pour viser plus haut ?
« Le club veut être encore plus ambitieux. Ça me va. Je fais confiance aux dirigeants pour renforcer. Et je souhaite que les nouveaux parviennent à vite s’adapter. En même temps, à VA, c’est facile de s’adapter. »

 

– Ce dernier match contre Auxerre, comment l’aborder ?
« On sait qu’on ne pourra faire plaisir et se faire plaisir qu’à travers la victoire. C’est ça, on veut gagner pour un vrai plaisir collectif. Et si Steve (Savidan) marque pour le classement des buteurs, c’est un gros plus. Ça peut rejaillir sur tout le monde. » 

 

DIGEST. – 26 ans, né le 9 novembre 1980 à Narbonne. 1,68 m, 62 kg. Milieu de terrain : 93 matchs en L1, 62 en L2. Parcours  : Montpellier (club formateur jusqu’en 2004), Nancy (2004 - août 2005). À Valenciennes depuis août 2005. Cette saison : 31 matchs, 1 but.

RICHARD GOTTE
"la voix des sports"
Repost 0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 11:27
Que peut bien s’offrir un ministre fraîchement élu à Bercy pour échapper deux minutes aux finances du pays ? Un p’tit tour à Nungesser pardi !
Hier après-midi, Jean-Louis Borloo, président de l’association sportive VAFC pour encore quelques semaines, a rendu visite aux Valenciennois à l’entraînement.
En fait, ce n’était pas le ministre qui était là, mais bien le mordu du football. Service de sécurité ultra léger, supporteurs sous le charme, Jean-Louis Borloo est allé parler ballon à la source. Une aubaine pour les photographes, un moment solennel pour les joueurs. Beaucoup de poignées de main, de gestes affectueux. Sans doute y avait-il chez le n° 3 du gouvernement le souvenir de ses débuts en politique à Valenciennes, à travers le foot, il y a… vingt ans.

« Attention, ce n’est pas une réunion du départ », a rassuré M. Borloo, qui passera bientôt du rôle de président «  témoin moral » à celui de simple membre du comité, personnalité morale. La nuance existe, mais le meneur de jeu laisse le naturel revenir au galop. La saison de VA ? Il l’a suivie match par match, mi-temps par mi-temps, jour après jour. « Avec Francis (Decourrière) , on s’appelle à la pause et après on refait le match ! » Au-delà du plaisir, le ministre était là pour mesurer le beau chemin parcouru depuis quatre ans. À un an près, l’équipe première est passée du CFA à la L1 (et s’est maintenue), la réserve prenant la suite en… CFA. « Il fallait de sacrés dirigeants pour remettre l’ensemble à niveau », a relevé M. Borloo, qualifiant Francis Decourrière de « meilleur président » de L1. « Je le connais depuis longtemps. C’est sûrement vrai… » Distribuant les lauriers, aux 23 équipes du club, aux élus de l’agglomération qui ont répondu présent dans les moments difficiles, aux joueurs, aux bâtisseurs du futur stade – « Ça va se faire tranquillement, dans le calme et l’enthousiasme valenciennois » –, M. Borloo a aussi rendu un vibrant hommage à Antoine Kombouaré. « C’est un entraîneur hors du commun, qui a le respect de la parole donnée et a su tirer le meilleur du collectif. »

« Cibler les besoins »

Et puis, joueur impénitent, Jean-Louis Borloo a amené son ami président sur le terrain du recrutement où vont les rêves du moment. « On ne peut rien dire avant samedi », s’est défendu Francis Decourrière. « On a ciblé les besoins, c’est tout ce qu’il faut  », s’est amusé son invité.
Mystérieux, mais on décrypte. VA s’apprête sans doute à faire signer un attaquant. Il y a les pistes belges, l’ex-Lillois Olufadé à La Gantoise (intéressante), le meilleur joueur de la saison à Anderlecht Mémé Tchité (un peu cher). Ou alors Luigi Pieroni ? Plus sûrement, VA semble très chaud pour le Sedanais Grégory Pujol (27 ans et 10 buts cette saison). Samedi, dans les Ardennes, Francis Decourrière a été surpris en grande conversation avec Pascal Urano. L’été dernier, déjà, l’ex-Nantais avait été évoqué du côté de Nungesser. Hier, quelques indiscrétions validaient la piste au sein du club ardennais.
Suspense…

RICHARD GOTTE
"la voix des sports"
Repost 0
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 20:33



 
Job (63è ) pour SEDAN
Hasli (49è) pour VAFC
  
  spectateurs

Fier et costaud, Valenciennes continuera sa route en Ligue 1

Chacun sa route, chacun son chemin. En tenant le sanglier sedanais en respect (1-1), Valenciennes a gagné le droit de poursuivre sa route la saison prochaine en Ligue 1. Les Ardennais eux, qui ne sont sûrement pas les plus vilains à voir jouer, devront replonger les mains dans le cambouis de la L2.
Comme la saison dernière, les joueurs de Kombouaré n’ont pas reculé d’un pouce. Et ont eu droit pour finir à une grosse fête de leur kop dans les Ardennes.

On ne saura jamais ce qui pousse le supporteur à « chambrer » exagérément un rival malheureux. En tout cas, le constat fut une fois de plus cruel, hier, pour le relégué sedanais, qui en prit plein les oreilles de la part de l’impressionnant kop valenciennois, construit sur 1 500 fans en grande forme. Le thème du sanglier embroché à toutes les sauces avait été soigneusement préparé. On vit sur un tifo Obélix charger la bête, on entendit des promesses de bonne aventure en… L2, etc.

Même si la démarche n’était pas très élégante, elle eut toutefois le mérite d’épicer un peu un match qui fut tristounet en première période. Concentré sur ses tâches défensives, malgré la rechute aux ischios de Ouaddou (29e), VA fut sans consistance devant, où on ne releva qu’une volée non cadrée d’Hassli (26e) et un bon ballon que Bezzaz gâcha dans la surface (43e).

VA trouve la faille

L’explication était gentille, mais manquait de conviction et offrait trop de déchets techniques. Sedan avait le ballon, sans être vraiment dangereux. Seul l’excellent Pujol eut des idées sur une reprise dans le petit filet (29e), une tentative de lob excentrée (38e ) et un tir dans l’axe que Penneteau mit au chaud (45e).
Les coachs allaient-ils se satisfaire d’une telle frilosité à la pause ? Bien sûr que non. Sedan revint la tête un peu plus haute, mais c’est VA qui fut tout de suite le plus malin. Paauwe alerta idéalement Hassli, à la limite du hors-jeu. Et le grand attaquant s’en alla inscrire son deuxième but de la saison d’un tir magnifique en pleine lucarne (0-1, 50e).
Sedan, pas verni et sans challenge, allait-il en rester là ? Les joueurs de Pasqualetti montrèrent alors un bel honneur et un certain talent pour combler leur retard. Tandis que VA s’enhardissait en contre, avec en particulier un beau tir de Dossevi repoussé des deux poings (64e), le sanglier retrouva son groin des beaux jours sur un contre éclair conclu par Job (1-1, 65e).
Cet échange coup pour coup permit d’amener une fin bien plus alerte. Job juste à côté (74e) puis Pujol d’une frappe canon (82e ) faillirent faire mouche. Savidan aussi, qui s’ouvrit l’angle de tir à deux reprises (67e et 72e). Le dernier mot revint à Pujol, qui mit une tête au ras du piquet dans les arrêts de jeu. Une dernière chance envolée. Ça sentait dès lors trop bon les vacances. Les « merci VA ! » pouvaient jaillir du kop valenciennois. Et les fans nordistes pouvaient songer, déjà, à leur été délicieux, sur la plage ou dans le pâturage, pour rêver à une nouvelle belle aventure parmi l’élite.


RICHARD GOTTE
"la voix des sports"

But de Hassli:


Equipe de Sedan:
Regnault Ducourtioux - Sartre - Lachor - Belhadj Amalfitano - Noro Marin - Maurice-Belay(Jau 77è), Boutabout(Mokaké 70è) - Marin (58è)Job

Equipe du VAFC:
Penneteau Mater - Flachez - Ouaddou(Traore 28è) - Rippert Paauwe - Chelle Doumeng - Bezzaz(Saez 81è), Hassli(Dossevi 61è) - Savidan


Repost 0
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 14:28
Messieurs, encore un effort. Antoine Kombouaré hausse le ton pour remobiliser son groupe pour les deux derniers matchs. Maintien à assurer, classement à soigner… Pas simple quand la fin de saison, les vacances et les agents interfèrent sur la ligne.



« Un travail à finir ». –
« On ne sait jamais, il faut rester sérieux. » Avant Sedan, et même si le maintien ne devrait pas échapper à VA (un point à prendre si par miracle Troyes faisait le plein), le coach a procédé hier à un recadrage sans débordement. «  Je ne suis pas content de l’entraînement de ce matin. Il y a eu un peu de relâchement dans les têtes. » Pas dupe, il reconnaît la difficulté de la période. « C’est sûr qu’en ce moment, il y a les entretiens individuels, les joueurs ont des contacts. On peut vite avoir la tête ailleurs… » Comprendre n’est toutefois pas accepter. « Il y a un travail à finir. Moi, j’aspire au meilleur classement possible.


Il faut concentrer tout le monde sur l’essence même de notre boulot, la compétition. Quand tu es pro, même si tu pars, tu donnes le meilleur jusqu’au bout.  »


Effectif. – Kombouaré reçoit en ce moment ses joueurs pour leur parler avenir. « Quand j’étais joueur, j’ai toujours préféré apprendre la suite dans la bouche de l’entraîneur », dit-il. En mai, compétition et négociations sont menées de front. Le coach s’est hier félicité des prolongations de Ouaddou et Bezzaz – qui viennent après celles de Savidan (2010) et Doumeng (2010) en cours de saison. « On travaille pour garder les meilleurs. “Abdes” (Ouaddou), c’est une grosse satisfaction, un signe fort pour notre équipe. Yassine (Bezzaz), lui, a franchi des paliers, n’a jamais lâché. Il a montré certaines choses. On veut en voir plus. »


À chaud. –
Radieux hier après l’entraînement, les deux élus ont dit leur bonheur de poursuivre dans le Nord. Abdeslam Ouaddou  : « Je sens un truc qui commence ici et je suis ambitieux pour Valenciennes. Quand on voit l’accueil et le soutien du public… J’ai pesé le pour et le contre. Le discours du coach est clair, honnête. La famille se plaît bien et la stabilité c’est important. » Yassine Bezzaz : « Je suis content et je ferai tout pour honorer le club. C’est une belle année pour moi, avec VA et le retour en sélection. Aujourd’hui, on me connaît plus. J’ai progressé à tous les niveaux cette saison. Je veux continuer sur cette voie. »


 RICHARD GOTTE
"la voix des sports"
Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 18:37


Valenciennes, ça ne se résume pas à Steve Savidan

Papa d’un deuxième garçon – un petit Marius – depuis mercredi, Steve Savidan se confie et raconte que la surexposition médiatique consécutive au quadruplé de Nantes lui a fendu le coeur. Direct et entier comme sur le terrain, le meilleur buteur du championnat affirme ne poursuivre pour l’heure qu’un seul objectif, finir la saison le plus haut possible. Entretien avant le dernier déplacement de la saison ce soir à Sedan.

Steve, le match de Sedan la saison dernière, la montée, deux buts, c’est un sacré souvenir ?
« Il est important, c’est sûr, on a la L1 au bout. Mais pour moi, c’est aussi un match parmi beaucoup d’autres bien négociés. Quant à mes performances, ce sont les autres qui jugent. »

– Sedan est relégué, vous attendez-vous à un match moins compliqué ?
« Pas du tout. Ils veulent faire quelque chose pour leur dernier match en L1 chez eux. Certains veulent se montrer. Et, c’est tout à leur honneur, ils ne veulent pas fausser le championnat. Je m’attends à un match très difficile. »

– Sur le plan personnel, on vous sent agacé depuis que vous êtes en tête du classement des buteurs ?
« Ce qui m’a gêné, c’est qu’on parle plus de Steve Savidan que de VA. Valenciennes, ça ne se résume pas à Steve Savidan. Ça m’a même gonflé, cette situation. Il y a eu un manque de respect envers l’équipe. C’est pour ça que je me suis effacé, que je me suis éteint médiatiquement. »

– Vous n’avez plus marqué depuis les quatre buts à Nantes. Est-ce difficile à vivre ?
« Mais non. J’ai toujours dit que mon seul objectif, c’était le maintien de VA. Que Savidan marque ou ne marque pas, ça n’est pas le plus important. »

– Surtout que votre fin de saison est intéressante dans le jeu. C’est frustrant de toujours n’être jugé que comme un buteur ?
« Ce qui me fait rire, c’est que les journalistes font comme s’ils savaient alors qu’ils ne savent pas… Dans une équipe, il y a des consignes et des partenaires à respecter. J’ai eu un rôle différent. Mon rôle, c’est d’adhérer aux consignes du coach. »

– Il n’y a donc jamais eu de doute ?
« Aucun. Je savais ce que je faisais et je sais toujours ce que je fais même si tout le monde ne le comprend pas. On sait tous très bien à l’intérieur du groupe ce qu’on a à faire. »

– Comment appréciez-vous vos progrès cette saison ?
« Je savais que j’en étais capable, mais je pensais que je n’avais plus le temps devant moi. Jouer à côté de Laurent Dufresne m’a beaucoup appris.»

– Vous êtes sous contrat jusqu’en 2010, mais votre nom est régulièrement cité dans d’autres clubs. Qu’en est-il ?
« Je suis sous contrat, effectivement. On fera le bilan après le dernier match. Moi je joue, je ne pense ni à partir ni à rester. »

– Idole à Nungesser, c’est facile à vivre ?
« Je suis bien à Valenciennes et bien sûr j’apprécie tous ces gestes du public. Mais derrière il faut assumer, être présent, répondre à l’attente du club et des tribunes. »

– L’objectif, c’est de finir meilleur buteur ?
« Non, c’est d’abord de gagner nos deux derniers matchs. Meilleur buteur, ça n’est pas une obligation. Si ça vient en plus, c’est le top. Mais je ne revendique rien, ce serait prétentieux. »


RICHARD GOTTE
"la voix des sports"

 
Groupe Sedanais:
Regnault, Trévisan - Ducourtioux, Is.Traoré, Sartre, Lachor - Amalfitano, Abdou, Belhadj, A.Cissé, Noro, Marin, Jau, Maurice-Belay - Mokaké, Boutabout, Pujol, Job

Groupe Valenciennois:
Grondin, Penneteau - Chelle, Flachez, Liron, Mater, Ouaddou, Rippert, M. Traoré – Bezzaz, Doumeng, Haddad, Paauwe, Saez - Bratu, Dossevi, Hassli, Savidan.
Repost 0
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 16:41



Paauwe (52è) pour VAFC
 
Rippert (23e), Flachez (26e),Bezzaz (88è) pour VAFC
Guarin (31è);Perrin (58e) pour St Etienne

15 393 Spectateurs

Valenciennes se libère d’un énorme poids

Une statue pour Patrick Paauwe. Grâce à une tête de son Néerlandais élégant, Valenciennes a battu hier Saint-Étienne (1-0), raflant ainsi la victoire qui lui manquait tant à la maison en 2007 pour garder (sans doute) sa place au soleil en L1 la saison prochaine. Les hommes de Kombouaré ont contrôlé le match, à la détermination et avec l’appui du public. Nantes et Sedan sont relégués et pour Troyes il faudrait un miracle.

« Merci VA ! » Et Nungesser a chanté, la victoire, son soulagement, son amour pour son équipe aussi. On a vécu une belle soirée hier à Valenciennes, en assistant au bonheur d’une bande de copains méritants devant une foule épatante. Il y eut de bien belles images, avec en hors d’oeuvre cet adversaire hors norme, Jérémie Janot, l’enfant du pays qui, à genoux, dans une posture magnifique, a pu enfin embrasser sa terre natale avant de la fouler (voir photo ci-dessous). Comment oublier les larmes dans ses yeux ?
Sur le plan du foot, avouons-le aussi, ce ne fut pas un sommet. Quand la crispation prend le dessus, que l’adversaire s’aligne en 4-1-4-1, comment aller de l’avant ? VA ne parvint pas à résoudre cette équation, lors d’une première période fermée à double tour. Kombouaré avait pourtant choisi l’option vitesse, avec Bratu dans le couloir droit et Haddad devant, à la place d’Hassli.
Ce ne fut pas tout de suite l’extase, car il fallut attendre une demi-heure pour voir un premier tir de Mater, sur lequel Janot se coucha dans son beau maillot à fleurs (28e). Les deux meilleures occasions furent en fait arrachées avant la pause. Rippert reprit violemment un ballon qui passait par là. Une belle fusée à 25 m qui mérita un « kung-fu » de Janot des deux poings (44e). Dans la foulée, Haddad alerta Roudet à six mètres, mais le gaucher fut un peu court du pied droit (46e).
Il faut reconnaître que cette période avait surtout été crispée côté nordiste. Maîtrisant mal, les équipiers de Flachez avaient contesté plus que de raison.
Saint-Étienne, lui, avait bien fait circuler le ballon mais sans se montrer dangereux. Ce qui ne rassurait pas en fait, c’était le vent porteur de mauvaises nouvelles dans les autres stades. À la 20e minute, Nice, Troyes et Sedan étaient annoncés menant au score. Bigre… Peu en verve, VA restait en vie et était surtout terriblement bagarreur, hargneux en défense, bien dans le ton d’un combat crucial. Bref, le meilleur pouvait venir. Il arriva sur un éclair d’efficacité. Savidan obligea d’abord Janot à une grosse parade petit côté (53e). Sur le corner, Paauwe, les deux pieds collés au sol, envoya toute la puissance de son torse dans une tête piquée parfaite (1-0, 54e).
Eh bien, eh bien, il est des coups de boule qui soulagent… Bien sûr, VA s’accrocha comme un mort de faim à ses trois points et Saint-Étienne, s’il pressa, n’inquiéta pas Penneteau. Les Nordistes eurent alors le tort de ne pas rester lucides en contre. La meilleure chance pour le KO vint en fait du crâne de Chelle, qui devança Janot (88e). Pour le reste, VA ne lâcha rien, repoussant tout, sans trembler, sans paniquer. Saint-Étienne comprit que ce rival-là ne lui laisserait jamais refaire surface.


RICHARD GOTTE
"la voix des sports"

Equipe du VAFC:
Penneteau - Mater, Flachez (c), Ouaddou, Rippert (Chelle, 70e) - Jeôvanio (Saez, 77e), Paauwe - Bratu, Haddad (Bezzaz, 74e), Roudet - Savidan.

Equipe de St Etienne:
Janot (c)- Diatta, Perquis, Camara, Ilunga - Perrin - Guarin (Dernis, 60e), Hautcoeur (Moussilou, 60e), Feindouno, Landrin - Gomis (Heinz, 72e).
Repost 0

Sondage

Pour sa 5ème saison en ligue1, a quelle place finira le VAFC ?
Entre la première et cinquième place
Entre la sixième et dixième place
Entre la onzième et dix-septième place
Dans les trois derniers

Résultats