VAFC

     VAFC / Sochaux
  3 / 0



La ligue1 en direct

Brèves



21/10/11
Nam
namNam, dont la prolongation était déjà dans les tuyaux, a signé pour un an de plus. Il est lié avec le club jusqu'en 2013.

21/10/11
Saez
saezSaez, qui arrivait en fin de contrat au terme de la saison, a prolongé de deux ans, soit jusqu'en 2014.

09/09/11
Nicolas Isimat-Mirin
isimatCe jeudi, Nicolas Isimat-Mirin, l'international français Espoirs, a prolongé son contrat et se retrouve désormais lié au VAFC jusqu'au 30 juin 2014.


22/08/11
Arnaud Brocard
brochardLe gardien de but Arnaud Brocard (24 ans, 1,86 m) est attendu ce lundi à Valenciennes où il devrait s'engager pour une saison après avoir passé avec succès la visite médicale.

21/08/11
Gil
gilValenciennes s'est mis d'accord avec Cruzeiro dans la nuit de vendredi à hier pour le transfert de Carlos Gilberto Nascimento Silva, dit « Gil », 24 ans, solide défenseur central de 1,88 m .VA a dû mettre le prix, 3 millions d'euros pour un contrat de quatre ans.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

19/08/11
Rudy Mater
materTouché contre Brest (ischios), Rudy Mater devrait être absent quinze jours a annoncé ce vendredi matin Daniel Sanchez.

25/07/11
Milan Bisevac
milan bisevacMilan Bisevac a paraphé lundi un contrat de trois ans en faveur du Paris Saint-Germain.

22/07/11
Rudy Mater
materEn discussion depuis plusieurs semaines, Rudy Mater, 30 ans, a ce vendredi matin officiellement prolongé son contrat avec VA de deux saisons (jusqu'en 2014).

01/07/11
F. Massampu
massampuFrancis Massampu a signé un premier contrat professionnel de 3 ans avec le VAFC. La saison dernière, le jeune attaquant (19 ans) a inscrit 10 buts avec la réserve valenciennoise en CFA 2 et fait trois apparitions en équipe première.

20/06/11
Nicolas Pallois
pallois nicolasNicolas Pallois, 23 ans, portera cette saison les couleurs de Laval en Ligue 2, où il est prêté pour un an sans option d'achat.

18/06/11
le Stade du Hainaut
hainautLe nouveau stade de Valenciennes, un magnifique chaudron de vingt-cinq mille places dans lequel évoluera désormais le VAFC, portera le nom de Stade du Hainaut.

17/06/11
Carlos Sanchez
sanchez carlos-copie-1Carlos Sanchez ne reprendra pas l’entraînement avec ses coéquipiers, fin juin. Le joueur du VAFC figure en effet dans la liste dévoilée par le sélectionneur de la Colombie pour la Copa America. Celle-ci se disputera du 1er au 24 juillet 2011 en Argentine.

15/06/11
Kenny Lala
lalaKenny Lala a signé cet après-midi son premier contrat professionnel d'une durée de quatre ans avec le VAFC. Défenseur, âgé de 19 ans, Kenny Lala évoluait la saison dernière au Paris FC (National).

14/06/11
Grégory Pujol
pujolGrégory Pujol va prolonger jusqu’en 2014 avec Valenciennes. Annocé à Saint-Etienne, il devrait finalement rester dans le Nord.


08/06/11
Daniel Sanchez
sanchez danielC'est fait ! Daniel Sanchez, 57 ans, devient le nouvel entraîneur du VAFC. Valenciennes et Tours ont trouvé un accord ce mercredi matin pour le rachat de la dernière année de contrat du technicien.


06/06/11
Lille - Valenciennes
http://ckorpal.free.fr/tableau/va-lille.jpgLes dirigeants lillois et valenciennois ont convenu d'un match amical le samedi 16 juillet à Cambrai, au stade de la Liberté.


04/06/11
Philippe Montanier
montanier-philippeVA et Philippe Montanier, c'est fini. Après une semaine de négociations et de tergiversations, la Real Sociedad a accepté la nuit dernière de payer 500 000 euros, la somme réclamée par Valenciennes


4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 08:23

materFOOTBALLVALENCIENNES |

Rudy Mater, le capitaine de VA, estime que le match face à Monaco demain est un tournant.

 

- Le nul face à Lorient vous oblige-t-il à la victoire contre Monaco ?

« Oui. On ne peut pas se louper. Ça peut nous faire basculer dans l'autre partie de tableau et nous permettre d'avoir des objectifs à la hausse.

Dans ce championnat si serré, prendre neuf points d'avance sur Monaco, ce serait bien. Pas suffisant, mais ça nous laisserait une marge de manoeuvre. On pourrait jouer plus libérés. Le coach nous y incite toujours mais ce n'est pas évident quand on n'a qu'un ou deux points d'avance... »

 

- C'est juste une question de confiance alors ?

« Mais oui ! À Montpellier (1), je me suis senti fautif. Je l'ai dit après match. On m'a répondu : "Non, nous sommes tous responsables." C'est ça notre force. Le groupe est sain. Le coach ne m'a pas dit "tu es nul". Enfin, ça ne veut pas dire qu'il ne m'a rien dit... »  

 

- En tant que capitaine, êtes-vous aussi au soutien ?

« C'est mon rôle. Là, il y a le cas de "Mamad" (Samassa) contre Lorient. On n'a rien compris. Qu'un joueur qui a loupé quatre occasions soit sifflé, OK. Mais là, sur la première, c'est dur pour lui, sa famille... Il a été grand seigneur mais je sais qu'il a été affecté. Le groupe s'est ressoudé autour de lui. Je lui ai parlé. Je lui ai dit : "Ici c'est mon public, je ne comprends pas..." Les supporteurs sont là pour vibrer, ils veulent du spectacle. Mais attention aux sifflets. À la fin, si ce n'est pas bon, c'est normal. Pendant le match, ça enlève du capital confiance alors qu'on a besoin du public. »

 

 

RICHARD GOTTE

 

1. Lors de la 20e journée, VA qui menait 0-1 se fait battre 2-1 après son expulsion et un penalty concédé pour une faute peu évidente.

 

"la voix des sports"

 

 

 

Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 05:55

Bartolomeu VarelaLe syndicat des arbitres (SAFE) a annoncé vendredi que les coups d'envoi des rencontres de L1, samedi et dimanche, seraient donnés avec 15 minutes de retard afin de «revenir à un climat apaisé et respectueux des arbitres» et dénoncer «une méprise profonde des arbitres par tous les acteurs du football».

« Ce week-end, toutes les rencontres du championnat de France de Ligue 1 débuteront avec 15 minutes de retard. Ce mouvement initié par les arbitres et le SAFE vise à alerter tous les acteurs du football (joueurs, dirigeants, média, instances fédérales et professionnelles) sur l'impérieuse nécessité de revenir à un climat apaisé et respectueux des arbitres », indique le SAFE.


Le syndicat des arbitres pointe du doigt « une méprise profonde des arbitres par tous les acteurs du football », soulignant que depuis le début de la saison, le Conseil national de l'éthique n'avait prononcé que des sanctions avec sursis pour « des attitudes ou propos irrespectueux à l'égard des arbitres ».

 

Le SAFE épingle également la commission de discipline de la LFP qui, depuis le mois d'août, « a dû étudier les cas de bousculade envers un arbitre (acte répréhensible dans le code disciplinaire de 6 mois de suspension, finalement sanctionné de 6 matches de suspension), le cas de jet de projectile envers un arbitre-assistant ayant entraîné une ITT (acte sanctionné d'un huis clos avec sursis). »

 

« Ce climat général qui entoure le football et notamment les arbitres (attaques de dirigeants, menaces, impunité des fautifs, etc.) se dégrade au point de devenir incompatible avec l'indispensable sérénité des débats sportifs », conclut le SAFE, qui en appelle au « respect des hommes, de la fonction, de l'image du football et des engagements institutionnels »

Les matchs VAFC - Monaco, Nice - Lens et Marseille - Lille débuteront donc avec quinze minutes de retard.

 

 

" La Voix des Sports"

 

 


Repost 0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 05:48

puygrenierLe défenseur central de Monaco Sébastien Puygrenier, prêté par le Zenit Saint-Pétersbourg, affiche sa volonté de tout faire pour sauver le club, 18e, de la relégation. «On n'a pas le droit de faire tomber ce club», estime-t-il avant le déplacement à Valenciennes.


- Vous avez laissé passer une chance face à Caen, vous faisant rejoindre à 2-2 après avoir mené 2-0...
« Il ne faut pas que la situation se complique. On peut avoir des regrets. Cela dit, ce match est porteur d'espoir, dans la qualité de jeu et l'efficacité offensive. Je sentais qu'il ne pouvait pas nous échapper. Mais quand on est en difficulté, avec la peur, on perd des points. On a pris un gros coup derrière la tête. Mais ce n'est pas un coup d'arrêt. Il faut que ça nous serve. Ce n'est pas le moment de baisser les bras. On se déplace deux fois (à Valenciennes, à Bordeaux, ndlr). Dans notre situation, on n'a plus le choix. On doit prendre des points partout et ne plus calculer. »



- Quels ont été les mots de Laurent Banide, très déçu samedi dernier, pour vous regonfler ?
« Il nous a dit de continuer à travailler, de ne pas lâcher. On est sur la bonne voie. Il est toujours là pour nous aider à garder la confiance. On a mis un jour ou deux pour effacer cette rencontre et se remettre au boulot. »


- Le calendrier à venir sera cependant très compliqué...

« Il ne le sera pas que pour nous. Si on veut s'en sortir, on ne doit pas calculer. On sait que sauver le club sera difficile. On en est conscient depuis un moment. On mettra tout en oeuvre pour y arriver. Je ne peux imaginer que l'on reste dans cette situation. C'est une saison pourrie, mais avec l'effectif qu'on a, les joueurs d'expérience et les jeunes talentueux, on n'a pas le droit d'abdiquer maintenant. »


- Pourtant, de nombreux joueurs de l'effectif sont en fin de contrat.

« On peut se dire: "Je ne suis pas là l'année prochaine". Mais ça n'arrange personne de se retrouver dans cette situation. Put..., c'est Monaco ! On n'a pas le droit de faire tomber ce club-là, pas le droit de le laisser tomber. Je n'ai pas envie que mon nom figure dans l'équipe qui descend. Puygrenier était là quand le club est descendu ! Non ! Ce n'est pas valorisant pour un joueur. On doit tous faire plus. »


- A titre personnel, vous avez perdu votre place depuis quelques rencontres. Comment le vivez-vous ?

« L'entraîneur fait des choix. Je l'ai mal pris la semaine passée. Mais j'ai eu le temps de réfléchir. Ce n'est pas le moment de réagir ainsi. Il faut mettre ses états d'âme de côté. Cela m'a servi de leçon. Il faut se remettre dedans, travailler plus, pour prouver. Le plus important, c'est le club, l'équipe. On doit tout faire pour sortir de ce pétrin. Maintenant, si on fait appel à moi, je ferai tout pour répondre présent. Je suis prêt à partir au combat. »

 

 

"La Voix des Sports"

 

 

 


Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 08:11

samassa-va-lens|  FOOTBALL VAFC |

Frustré de son match face à Lorient (0-0), Valenciennes sait qu'il devra faire mieux contre Monaco, samedi,

pour faire le break dans la course au maintien.

 

> Retour de la pression. Le point gratté face à des concurrents comme Lens, Auxerre et Nancy, tous trois défaits ce week-end, ne suffit pas à un VA qui ne veut pas non plus se contenter d'une flatteuse série d'invincibilité portée à cinq matchs. Avec six points d'avance sur la zone rouge, il peut, en cas de victoire sur l'ASM, prendre une avance confortable. Ou alors retomber dans le doute si le résultat lui est contraire.

Hier, Philippe Montanier a validé ces hypothèses. « On est plus sous pression, c'est vrai. On reste sur deux matchs médiocres et Monaco est un adversaire direct », a convenu l'entraîneur, qui attend plus de son équipe.

 

> Montanier défend Samassa. Hier avant l'entraînement, Philippe Montanier a également tenu à exprimer son émotion et celle de son groupe après les sifflets d'une partie du public de Nungesser à l'endroit de Mamadou Samassa face à Lorient. « Les joueurs ont été choqués, moi aussi. Mamadou est un joueur cadre. Il a grandement participé à la meilleure saison du club en L1 la saison dernière », a-t-il expliqué.

Le technicien a dit son incompréhension : « Ça ne ressemble pas au public valenciennois que je connais depuis un an et demi et que j'admire beaucoup car il nous soutient tout le temps. Siffler un joueur au bout de quelques minutes, alors qu'il est moins bien et que ça s'explique par des blessures et un manque de rythme... Je m'attendais plutôt à l'inverse. » À la question de savoir si la confiance du joueur avait été entamée par cet épisode, Montanier ne s'est pas montré inquiet : « Vous savez, avant, Mamadou jouait à Marseille... Il va surmonter ça. »

 

> Rythme et fraîcheur. Le match face à Lorient n'ayant pas laissé de traces, le staff valenciennois peut compter sur un groupe fourni cette semaine. Philippe Montanier a toutefois prévu de proposer des entraînements plus ciblés, pour donner du rythme à ceux qui ont peu joué mais doivent être prêts (Samassa, Saez, Aboubakar, etc.) et ménager les joueurs très sollicités (Bisevac, Pujol, etc.). « Ce n'est pas facile pour ceux qui ne jouent pas régulièrement. Le staff doit être vigilant là-dessus », a-t-il expliqué. 

 

 

RICHARD GOTTE

 

 

"la voix des sports"

 

Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 06:39

Kadir

 

 

Les Valenciennois préparent la réception de Monaco, samedi à 19h. Certains de leurs joueurs sont toujours indisponibles.

 

Gaëtan Bong (déchirure à l'adducteur) est toujours convalescent et poursuit les soins.


Foued Kadir (déchirure à l'ischio-jambier) recourt depuis lundi, tout en continuant les soins.


Guillaume Loriot (entorse de la cheville) fait des exercices en salle avec les kinés.

 

 

 


Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 13:10

va-lorient-copie-1| INVINCIBILITÉ S'ils ont dû se contenter du nul, les Valenciennois sont malgré tout invaincus depuis cinq matchs |

Même si tout ne fut pas parfait samedi soir à Nungesser où ils ont longtemps souffert face au jeu en mouvement des Lorientais, les Valenciennois ne perdent plus et continuent d'avancer tranquillement mais sûrement vers leur objectif de maintien.

 

Rien n'est encore joué dans ce championnat toujours aussi serré en bas de tableau, mais Valenciennes peut encore s'appuyer sur un matelas de six points d'avance sur Monaco, le premier non relégable. Une épaisseur confortable sur laquelle les joueurs de Philippe Montanier n'ont toutefois pas encore le droit de s'endormir, eux qui retrouveront justement les joueurs de la Principauté samedi prochain à Nungesser. Ce sera leur deuxième rendez-vous en moins d'une semaine à domicile et il s'agira cette fois de ne pas rater l'occasion de prendre un peu plus ses distances avec la zone rouge.

Car VA n'a pas su le faire samedi soir malgré un fait de match qui a tourné en sa faveur. Longtemps réduits au rôle de sparring-partner face à des adversaires au jeu collectif déboussolant, les Valenciennois ont ensuite retrouvé leurs repères après l'expulsion cruelle mais logique du Lorientais Coquelin en début de seconde période.

En infériorité numérique, les « Merlus » se contentèrent alors de défendre, mais si VA partit à l'abordage, ses assauts furent trop désordonnés pour récupérer une victoire qui aurait été un vrai trésor de guerre au vu du niveau de jeu affiché par l'adversaire. « Vu les circonstances, on peut être un peu déçu du résultat final, mais lorsqu'on analyse le match dans sa globalité, Lorient ne méritait pas non plus de perdre », reconnaît Philippe Montanier.

D'abord dominé et ballotté dans tous les sens, VA avait pourtant fait le plus dur en atteignant la pause sur un score de parité. « En première période, on n'était pas dans notre assiette et Lorient nous a été très supérieur. En ce moment, on est un peu moins tonique et un peu moins bien techniquement », admet le coach, qui aura forcément ragé sur ces ballons perdus trop vite par Samassa devant ou ces inhabituels atermoiements défensifs dans lesquels s'engouffrèrent trop facilement les attaquants lorientais, à commencer par l'intenable Kévin Gameiro.

 

Mais la vague bretonne n'aura finalement pas eu raison de Valenciennois dont le seul tort aura été ensuite de ne pas appuyer assez fort là où ça fait mal, même si Audard, le gardien des « Merlus », a dû plusieurs fois jouer les maîtres sauveteurs, face à Pujol notamment. « C'est une belle série en cours pour nous, il n'empêche qu'on est quand même qu'à moitié satisfait », lâche d'ailleurs Philippe Montanier, conscient que son équipe est passée à côté d'un gros coup. Et qu'une victoire face à Monaco samedi prochain redevient indispensable.

 

 

STÉPHANE CARPENTIER

 

"la voix des sports"

 


Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 12:51

jeune valenciennois|   FOOTBALL COUPE GAMBARDELLA (U 19)16e DE FIN |

Plus rien n'arrête les jeunes de VA. Sur une série de trois victoires sans encaisser le moindre but en championnat, Valenciennes a confirmé en coupe Gambardella, l'emportant sur un score fleuve face à Levallois.

 

Sept buts, après les cinq de la semaine dernière face à Wasquehal, le potentiel offensif valenciennois n'est plus à prouver. Après vingt premières minutes équilibrées, le but de Simon Dia a lancé un match à sens unique. « On a su laisser passer l'orage en début de match », souligne Franck Triqueneaux, l'entraîneur. « C'est bien de faire un parcours en coupe, surtout que les U17 et les U19 du club ont quelques difficultés en championnat. La Gambardella, c'est la compétition des joueurs. Même si c'est certainement la plus belle, le plus important reste le championnat : un grand club se doit d'avoir son équipe au niveau national. » Cette fois encore, VA n'a pas encaissé de but, plus qu'une satisfaction. Sur la vue du match, le technicien Valenciennois juge que « l'entame a été compliquée. Ensuite on a su trouver plus de profondeur et ça a été payant. On a des joueurs qui progressent très vite, avec des profils prometteurs. En espérant qu'ils poussent la porte du côté des pros, à l'image d'Isimat-Mirin. » Les présences de Philippe Montanier et Philippe Burle ne sont peut-être pas anodines... Le coach de l'équipe professionnelle a félicité les jeunes, puis les a motivés. « On vous fait confiance, allez jusqu'à la finale ! » Triqueneaux, quant à lui, est déjà satisfait d'arriver en 8 e. « Le danger en coupe est de se fixer des objectifs. On sera dans les boules pour le tirage au sort, c'est le principal. »

VA, seul club de la région encore en course, jouera les 8e le 20 mars.

 

M. T.

 

(CLP)

VALENCIENNES - RACING LEVALLOIS 92 : 7-0 (2-0).

- Buts de Dia (20'et 26'), Da Silva (68'), Masuaku Fuka (71'), Maki (83'), Liadé (86'), Fallempin (92').

 

 

"la voix des sports"

 

 

 

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:09

va-lorient| VALENCIENNES - LORIENT |

Chahutés avant la pause par des Lorientais survoltés, les Valenciennois n'ont ensuite pas su faire la différence face à des Bretons en infériorité numérique pendant presque toute la seconde période.

Sur un terrain détrempé qu'ils avaient regardé d'un oeil méfiant pendant leur échauffement, les Lorientais ont longtemps offert un récital de jeu collectif. Eux qu'on disait la tête déjà à leur match de Coupe de France mercredi à Lille, eux qu'on annonçait peu inspirés loin de leur base et de leur billard synthétique du Moustoir, ont longtemps mis sous l'éteignoir des Valenciennois privés de flamme et de ballons.

Coup de pouce du destin

Même si VA s'était procuré la première situation chaude de la partie sur une ouverture parfaite de Sanchez pour Samassa, contré au dernier moment par Morel (11e), le public de Nungesser dut ensuite se résoudre à apprécier le jeu en mouvement des Merlus du Morbihan. À l'image de Gameiro qui, d'un coup de rein, mit à la pêche Bisevac et Angoua (19e), obligea Penneteau à s'envoler (21e), puis enrhuma à nouveau Angoua (35e), Lorient n'avait aucun mal à surclasser un VA trop mou dans les duels et un cran en dessous techniquement.

À la mi-temps, il y avait franchement moyen d'être sceptique quant à l'issue du match pour les joueurs de Philippe Montanier. Jusque-là peu inspirés, ils allaient toutefois bénéficier d'un coup de pouce du destin qui changea complètement la physionomie du match. Déjà averti en première période, le Lorientais Coquelin récolta un carton rouge suite à une faute de main involontaire sur un tacle qui avait annihilé une action de Danic (51e). Si la sanction était sévère, VA ne fit néanmoins pas de sentiments et se jeta dès lors à corps perdu vers l'attaque.

Tandis que les encouragements et la pluie redoublaient d'intensité, il fut tout près de mettre à terre ses adversaires. Mais Audard sauva par deux fois la soirée des Bretons sur deux actions superbes de Pujol. D'abord d'un réflexe sur une tête à bout portant (64e), ensuite en repoussant une superbe volée du droit (65e). Et si Samassa, qui avait bien suivi, renvoya cette dernière frappe au fond des filets, le drapeau de l'arbitre assistant, qui signala un hors-jeu avéré, eut tôt fait d'anéantir la joie de Nungesser.

Ce furent malheureusement là les deux opportunités les plus sérieuses de Valenciennois dominateurs, mais trop imprécis à l'approche du but. Un dernier coup franc bien placé et généreusement accordé par l'arbitre, mais tiré sans conviction par Sanchez (90e + 2), résuma d'ailleurs l'impression qui dominait hier soir dès le coup de sifflet final.

VA a souffert mais n'a pas su profiter d'un scénario de match plutôt complaisant qui aurait pu lui permettre de lorgner vers la première moitié du classement. Avec trente et un points au compteur et toujours six points d'avance sur la zone rouge, les joueurs de l'Escaut, qui sont invaincus depuis cinq matchs, peuvent néanmoins toujours envisager sereinement la suite de leur opération maintien.


 

STÉPHANE CARPENTIER

 

"la voix des sports"

 


Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 08:03

cohade4.jpg|  FOOTBALL VALENCIENNES |

S'il n'est pas encore certain d'endosser à nouveau la panoplie de titulaire face à Lorient,

Renaud Cohade est néanmoins un joueur heureux.

Samedi dernier, à Caen, l'inamovible milieu de terrain de VAFC a en effet enfin revu les pelouses de Ligue 1, deux mois après un tacle assassin du Rennais Mandjeck qui avait laissé sa cheville en vrac, le 18 décembre. « Je lui en veux un peu quand même, admet Cohade. Après son geste, il ne m'a même pas contacté. Il a peut-être bien fait car je n'aurais pas été très sympa. Quand je revois les images, j'estime même avoir eu de la chance de ne pas être plus gravement blessé. »

Tout peut aller très vite

Du coup, c'est depuis les tribunes qu'il a assisté au redressement de ses couleurs, depuis la réception de Lyon. Et il compte bien apporter sa pierre à l'édifice dans l'opération maintien. « Même si on a une petite avance sur le bas du classement, je n'oublie pas qu'en foot tout peut aller très vite. Quand j'étais à Strasbourg, on avait 35 points à onze journées de la fin et nous sommes descendus, on avait perdu tous nos matchs. Même si je ne jouais pas, car je soignais alors une pubalgie, c'est un truc qui m'a marqué, tous les joueurs étaient tous sous le choc. » C'est aussi à Strasbourg que Cohade a côtoyé pendant deux saisons le phénomène du moment, Kévin Gameiro, qui fait désormais trembler les filets pour Lorient. « Je le conduisais tous les matins à l'entraînement car à l'époque il n'avait pas encore le permis de conduire. C'est un mec simple et sympa. » Imaginait-il alors que son jeune passager allait embrasser un destin international ? « Je ne suis pas vraiment surpris, même si je ne le voyais pas arriver si haut si vite car à Strasbourg il a connu des moments difficiles. Il est vif et rapide, mais pas question d'en avoir peur demain. » 

 

 

STÉPHANE CARPENTIER

 

"la voix des sports"

 

Repost 0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 07:39

raphael3.jpgIls sont quatre désormais à se bagarrer pour une place en défense centrale. Parmi eux, Rafael Schmitz, de retour après quatorze mois d'infirmerie, et Nicolas Isimat-Mirin, l'une des révélations de la saison. Portraits croisés...



Longtemps décimé par les nombreuses blessures, le groupe valenciennois qui a compté jusqu'à douze absents simultanés, est aujourd'hui plus étoffé que jamais. Et la concurrence y fait logiquement rage. La preuve en défense centrale où quatre joueurs se disputent une place de titulaire depuis l'éclosion du jeune Nicolas Isimat-Mirin et le retour tant espéré de Rafael Schmitz, éloigné des terrains pendant 14 mois qui ont semblé interminables. « J'ai cru que je ne pourrais plus jamais jouer au football. Ça a vraiment été très dur à vivre. Mais je pense que cette expérience va me rendre plus fort. Je connais mieux mon corps maintenant, je sais ce qu'il faut faire », a-t-il confié juste après son retour en L1, couronné d'une victoire contre Brest (3-0, le 13 février). Ovationné par le public de Nungesser, il n'a pas caché son émotion : « Ça fait grave chaud au coeur ! » Entre le gamin de 19 ans, élevé en région parisienne, impétueux et pétri de talent, propulsé du centre de formation à l'équipe première mais toujours stagiaire (il signera son premier contrat pro le 15 juillet prochain), et le Brésilien de 30 ans, bientôt papa, joueur d'expérience au sang-froid et au jeu de tête reconnus par ses pairs, passé par Lille (entre 2001 et 2007) et Birmingham City, un dénominateur commun : leur poste de défenseur au VAFC. Mais aussi, la farouche envie de grappiller du temps de jeu. « Je ne veux pas être juste dans le vestiaire alors je travaille beaucoup, je demande des conseils aux "anciens", je suis sérieux... Même si je sais qu'il y a une hiérarchie et que je suis toujours le remplaçant », explique "Isi", avec une étonnante maturité. « Mes parents sont là pour me remettre les pieds sur terre et me rappeler d'où je viens, sourit-il.
Il y a tout juste un an, j'étais dans les tribunes, je regardais les pros jouer, j'étudiais les placements de Bobo (Baldé) et Milan (Bisevac) en me demandant ce que je pourrais apporter... ».

 


nicolas-isimat-mirinTitularisé trois fois par Philippe Montanier, présélectionné en équipe de France espoirs, Nicolas Isimat-Mirin attend patiemment son heure. « Je suis déjà content d'être dans les petits papiers du coach et je me dis que mon tour viendra ». Même objectif pour « Rafa » qui bosse dur pour revenir à son meilleur niveau. Celui qui faisait de lui un cadre indiscutable et le capitaine de VA avant cette fichue pubalgie. « Je ne suis pas encore à 100% mais je vais y arriver. Quand j'ai des objectifs, je vais jusqu'au bout ! ».
Déterminé à tout faire pour reprendre sa place de titulaire, il se verrait même prolonger sa carrière d'une ou deux saisons : « J'aimerais jouer pendant encore cinq ans. Si mon corps suit, l'envie sera là, c'est certain. Je suis un fou de foot. Quand j'ai retouché le ballon, je me suis dit : "c'est ce genre de moments que je veux vivre encore et encore. J'aime trop ça". Et après ce long arrêt, c'est comme une seconde carrière qui commence pour moi » .
Et un sacré casse-tête pour Philippe Montanier qui a désormais l'embarras du choix pour composer sa charnière centrale. Bisevac, Angoua, Isimat-Mirin, Rafael ? « Ça, c'est un problème de riche et croyez-moi, c'est très plaisant », avoue le coach. Et bizarrement, on le croit sur parole !

 

 

KARIN SCHERHAG > correspondante

 

 

"Nordéclair"

 

Repost 0

Sondage

Pour sa 5ème saison en ligue1, a quelle place finira le VAFC ?
Entre la première et cinquième place
Entre la sixième et dixième place
Entre la onzième et dix-septième place
Dans les trois derniers

Résultats